Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche

Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche

Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin  qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche » extrait de la Nature humaine de Charles DOLLFUS.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :