Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche

Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche

Un avocat qui a un procès fait bien de le confier à un confrère, un médecin  qui est malade, d’appeler un médecin. Nous sommes toujours mauvais juges dans notre cause, et nous voyons mal ce qui nous touche” extrait de la Nature humaine de Charles DOLLFUS.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

%d bloggers like this: