Les activités d’un Cabinet d’Avocat

Les activités d’un Cabinet d’Avocat Un Cabinet d’Avocat est une institution ouverte à tous ceux qui, accablés, éprouvent le besoin de soumettre leurs préoccupations, leurs doutes d’ordre juridique à l’appréciation d’un expert. L’activité principale d’un cabinet d’avocat est défendre ses clients, ensuite de les conseiller. il propose une approche globale afin de prévenir, d’éviter les litiges ou le cas échéant de défendre ses clients devant les tribunaux compétents. Il est un cadre de réception, de consultation des justiciables, de rédaction des actes de procédures, des préparations, des écritures et plaidoiries.

Lire la suite

LES QUALITÉS D’UNE ASSISTANTE D’AVOCAT

LES QUALITÉS D’UNE ASSISTANTE D’AVOCAT Une assistante d’avocat est une employée « multitâches ». Elle assure l’accueil physique ou téléphonique des clients, des acteurs et  prestataires extérieurs. Pour ce faire, elle doit avoir une bonne présentation physique. Elle joue aussi un rôle administratif puisqu’elle est chargée de la préparation de certains  courriers, de la saisie des documents et du classement des dossiers. Pour gérer donc au mieux l’ensemble, elle doit être ordonnée et méthodique, puisqu’elle peut avoir la charge de plusieurs dossiers à la fois. Malgré son emploi de temps surchargé, elle doit être toujours disponible pour répondre aux urgences. Pour rédiger courriers et comptes-rendus, une assistante d’avocats doit maîtriser parfaitement le… Montrer plus

Lire la suite

« L’attestation de virement irrévocable(AVI) »

« L’attestation de virement irrévocable(AVI) »               Les habitués des marchés publics ont, au moins une fois, entendu parler de  » l’AVI ».  Document délivré par le Ministère des Finances, l’ « AVI » est une pièce maitresse sollicitée par les établissements financiers dans le cadre des conventions de crédit.             Plus concrètement, il s’agit d’un document renfermant  l’engagement ferme du Ministère de Finances de virer le montant versé par l’Etat en contrepartie de diverses prestations de services exécutées par des particuliers à son profit, au bénéfice de l’établissement financier qui accepte de préfinancer le marché indiqué.           La question se pose à notre sens de savoir quelle est la valeur juridique de cette pseudo garantie, qui n’est… Montrer plus

Lire la suite

Comment présenter les conclusions d’avocats ?

 Dans le langage courant,  « conclure » c’est terminer un raisonnement ou un exposé qu’on résume en quelques phrases voire en quelques mots. En droit, les conclusions désignent un acte de procédure déposé par un avocat par lequel celui-ci fait connaitre à la juridiction ainsi qu’à l’éventuel avocat adverse les demandes de son client fondées sur les faits et le droit. Par ce que les conclusions visent essentiellement à convaincre le juge du bien fondé des prétentions d’un justiciable, l’avocat qui les rédige doit structurer son propos afin que l’ensemble soit à la fois clair et convaincant. Comment s’y prendre ?   Nécessairement la première page doit préciser les références de l’affaire notamment… Montrer plus

Lire la suite

Quelques locutions juridiques latines et leurs significations en français

A contrario:  c’est une locution  latine qui qualifie un raisonnement dont la forme est identique à celle d’un autre, mais dont l’hypothèse et, par conséquent, la conclusion sont les inverses de celui-ci.  Bonus pater familias ( bon père de famille) C’est un concept de droit civil. Il s’agit du comportement qu’aurait un individu abstrait dans une situation donnée, servant de norme générale pour mesurer l’adéquation de la conduite d’un individu concret placé dans la même situation afin de déterminer l’existence ou la mesure d’une éventuelle faute. De facto C’est une locution latine signifiant « de fait », « dans les faits » ou encore « dans la pratique ». Elle… Montrer plus

Lire la suite

LA SAISIE-CONTREFAÇON EN MATIÈRE DE MARQUE ET DE BREVET DANS L’ESPACE OAPI

Afin de faciliter les poursuites contre les contrefacteurs, l’accord de Bangui a prévu une procédure facultative mais nécessaire à l’établissement de la preuve : la saisie-contrefaçon. C’est une procédure spécifique  à l’action en contrefaçon dans le contentieux des droits de la propriété intellectuelle[1] et s’apparente au vue de sa fréquence d’usage à une action accessoire à  celle-ci pouvant être formulée préalablement l’action en contrefaçon ou pendant ladite action. C’est dans le premier cas qu’elle conserve toute sa pertinence. La « saisie-contrefaçon », prévue par le texte de Bangui, a souvent prêté à confusion[2] d’avec les différentes saisies prévues dans l’Acte Uniforme OHADA portant organisation des procédures de recouvrement et des voies d’exécution. Pourtant… Montrer plus

Lire la suite